26 janvier 2013 ~ 0 Commentaire

Présentation sur les compétitions de voltige aérienne faite à MPV en janvier 2013

En France, les compétitions sont organisées par la Fédération Française Aéronautique. La voltige aérienne a le statut de Sport de Haut Niveau.
Par analogie avec le dressage en équitation ou le patinage artistique, le voltigeur effectue un programme (i.e. une succession de figures) dans un volume donné (le box).
Chaque figure (ainsi que leur positionnement dans le box) est notée sur 10 par des juges suivant des critères techniques publiés. Chaque figure a un coefficient de difficulté.
La note de chaque figure est multipliée par son coefficient respectif. On additionne le tout,on retranche du total les éventuelles pénalités, celui qui a le plus de points gagne…
Les règlements sont disponibles sur le site de la FFA. Il appartient donc à chacun de les lire dans le détail et de les connaître !!!

http://www.ff-aero.fr/index.html

 

Niveaux en compétition

6 niveaux: 3 en biplace, 3 pour les monoplaces. Avoir plus de 7 de moyenne à un niveau qualifie automatiquement pour le suivant.

Niveaux en biplace

Espoirs (niveau 1er cycle)

Promotion (niveau 2nd cycle)

National 2.

Niveaux en monoplace:

National 1 (niveau international appelé « Advanced » par la CIVA)

Excellence

Elite (niveau international appelé « Unlimited » par la CIVA)

Les catégories National 1 et Elite (Advanced et Unlimited si vous avez tout suivi) sont des catégories internationales faisant l’objet de championnats d’ Europe et de championnats du monde. Elles ont donc leur équipe de France.

LES DIFFÉRENTS PROGRAMMES (CLASSÉS PAR ORDRE D’APPARITION)

Programme connu (ou Q)

Publié par la fédération ou la CIVA en début d’année Entraînement autorisé bien entendu.
Comme c’est le premier programme qu’on passe, c’est là où on conditionne les juges.

Programme libre

Rédigé par le compétiteur, suivant un règlement propre à chaque niveau:
- Coefficient K
- Nombre total de figures
- Liste de figures
- Eventuellement figures imposées

Ces informations de trouvent dans le Règlement officiel.

C’est le programme où on doit accumuler le plus de points possibles.

Afin de mettre l’accent sur les programmes inconnus, beaucoup plus sélectifs et plus représentatifs du niveau d’un pilote, la CIVA a remplacé en 2015 le Q et le libre par le « connu libre ». Le principe reste celui du programme libre, que le concurrent composera lui-même, mais avec un certain nombre de figures imposées par le règlement.

Programme(s) inconnu(s)

Rédigés par le jury pendant la compétition en piochant dans une liste de figures ( prévue dans le règlement de chaque niveau).
Interdiction de répéter tout ou partie du programme inconnu, sous peine de disqualification!
En compétition, le tri se fait sur ces programmes. Les gens inexpérimentés ou mal entraînés se retrouveront précipités en fond de classement.

En catégories Advanced et Unlimited, on a affaire au « libre inconnu ». Chaque équipe composera une figure et la proposera au jury. Cette étape franchie, chaque équipe proposera un programme utilisant chacune de ces figures, plus les quelques figures de liaison nécessaires. Enfin, chaque concurrent choisira le programme qu’il souhaite voler (ca peut être celui proposé par une équipe concurrente).

RÈGLES POUR RÉDIGER UN BON PROGRAMME LIBRE

• Le règlement prévoit en général un nombre limite de figures dans le programme, un K maximum et certaines figures imposées. Les concurrent d’une même équipe ne peuvent avoir le même programme libre.

• Mettre le nombre maximum de figures autorisées. Ça répartit les risques.

• Le nombre de points du programme doit être le maximum autorisé. Points manquants = points perdus.

• Faire en sorte que chaque figure de votre programme libre ait à peu près le même coefficient. Ça répartit la difficulté.

• Dans la mesure du possible, ne mettre que des figures faciles, et qu’on aime effectuer.

• Dans la mesure du possible (pas évident en Espoir ), ne mettre que des figures de retour, le box sera ainsi plus facile à gérer.

• En Cap10, et dans une moindre mesure en Extra 200, mettre une figure qui remonte toutes les 4 figures.

• Mettre un recadrage en milieu de programme.

 

PRÉPARATION À LA COMPÉTITION

• La préparation commence dès le début de la saison! Une fois les vols de reprise en main faits, on s’attelle au connu, puis au libre (i.e. la rédaction du libre doit être terminée tôt dans la saison, et certainement pas 1 semaine avant le début de la compétition!)

• Une fois que ces 2 programmes passent à peu près correctement, se caler sur le schéma suivant (sur un stage): lundi: le connu. Mardi: le libre. Inconnus rédigés par l’entraîneur les mercredi, jeudi et vendredi, à raison d’un inconnu par jour.

• But du jeu: toutes les figures posables aux inconnus devront avoir été passées une fois. On ne doit pas découvrir une figure lors de la compétition.

• Juste avant la compétition, on revient sur le(s) connu(s) et le libre, de manière à ce que ceux-ci passent impeccablement.

• But à atteindre à J-1: le(s) connu(s) passe(nt) bien (à au moins 7,5 de moyenne), le libre passe très bien (à au moins 8 de moyenne). Les inconnus passent tous à au moins 7 de moyenne, et il n’y a plus d’incertitude sur aucune des figures posables en inconnu.

• Il faudra également travailler tous les types de prise de box: sur le ventre, sur le dos, basse vitesse et haute vitesse.

• Des séances d’entraînement avec de vrais juges qui mettent de vraies notes sont à prévoir, afin de jauger l’évolution de sa préparation.

• La participation à des compétitions amicales est vivement recommandée, afin de jauger sa préparation et de se familiariser avec l’environnement des compétitions.

• Se faire en début de saison un planning d’entraînement avec son instructeur. Ne pas psychoter si on n’arrive pas à tenir le planning pour des raisons météo. L’expérience montre que la météo est la même pour tous, et qu’elle répartit équitablement sa misère sur tous les clubs…

• Faire du sport en parallèle. Sport de fond avec du fractionné, et sports musclant les bras, épaules, dos, abdominaux et cou.

• Bonne humeur pendant la préparation ! Ça apprend à gérer son stress. En cas de crise de nerfs, la faire dans son coin pour ne pas déranger les copains …

PIÈGES À ÉVITER PENDANT LA PRÉPARATION
(ET MALHEUREUSEMENT COURAMMENT PRATIQUÉS)

Répéter le connu ad nauseam => on en vient à être écœuré de ce programme, et on le passera mal le jour de la compétition. En plus, on en arrive fatalement à négliger les autres programmes, d’où garantie de compétition ratée au final.

On ne s’occupe du libre que dans les jours précédent la compétition => le libre se transforme en inconnu, et on rate bêtement des points précieux.

Entraînement trop court, voire inexistant sur les programmes inconnus => on découvre pendant la compétition des figures posables à l’inconnu, ce qui est à éviter absolument pour des raisons évidentes à comprendre.

Ne se fixer que des objectifs minimalistes (en général la qualification pour le niveau supérieur).

 

CONSÉQUENCES DES MAUVAISES PRÉPARATIONS CITÉES CI-DESSUS

Conséquence 1: non qualification à 6,997 de moyenne générale (au moins 4 exemples constatés par moi-même dans un passé proche)

Conséquence 2: objectif minimaliste => entrainement minimaliste et on finit à aller aux compétitions en touriste (Châteauroux n’offre que peu d’intérêt comme lieu de villégiature)

Conséquence 3: quand on arrive en catégories monoplace avec cette manière de travailler, on se retrouve perdu, car il n’y a plus de qualif à gérer (sauf en Excellence, et c’est devenu extrêmement difficile), et le niveau est incomparablement plus élevé.

Conséquence 4: Vous et votre club passez pour des branleurs …

 

GESTION DE LA COMPÉTITION

• Se fixer des objectifs ambitieux dès le début de saison. Cela impliquera une bonne préparation, et on arrivera sur la compétition avec moins de stress, d’où plaisir à y participer et bons résultats.

• Ne gérer que ses vols. L’entraineur et éventuellement les accompagnateurs sont là pour gérer le reste (intendance, bouffe, relationnel avec les officiels, visites prévols…)

• Quand arrive son tour pour voler, prendre le temps de se préparer sereinement. L’entraîneur est là pour faire la prévol et donner les indications nécessaires au vol (direction du vent, options pour les recadrages et la gestion du vol)

• Pour les compétitions où un entraînement préalable est possible, faire les vols dans les conditions exactes de la compétition. L’entraîneur ira donc contrôler à l’emplacement où seront les juges. Si le temps presse, privilégier une bonne reconnaissance de box pour prendre de bons repères plutôt que de repasser le connu pour la 427e fois de l’année…

• Bien répéter au sol chacun de ses vols, dans un box dessiné au sol (marques de box + principaux repères) et avec un entraîneur ou un camarade placé à l’endroit des juges qui relèvera chaque erreur.

• Gérer son stress, et gérer son attitude. Vos coups de gueule affecteront le stress de vos camarades, et peuvent même donner une mauvaise image du club que vous représentez.

• L’organisation des compétitions laisse parfois à désirer. Le jugement humain est faillible. Acceptez-le. De toute manière vous n’y pouvez pas grand-chose, et ça vous évitera de vous miner le moral pour des choses sur lesquelles vous n’avez pas de prise…

• Bien gérer ses moments de détente. Ne pas hésiter, quand le planning le permet, à aller boire un coup avec les amis de votre club et d’autres clubs, faire un karting, aller se prélasser au bord de la piscine. Rester en permanence sur le terrain aura un effet défavorable sur votre stress.

• Bien ménager son sommeil. Se coucher tard n’est pas forcément une bonne option. La bonne sieste réparatrice est par contre la bienvenue.

• Bien gérer son alimentation. Eviter les plats riches en protéines (énergivores). Privilégier les sucres lents.

• Eviter de manger dans les 3 heures qui précèdent votre vol, car la digestion consommera jusqu’à 50% de votre VO2 max.

• Garder à portée de mains des bricoles en cas de fringale (Twix, pain d’épice, gingembre confits, abricots cuits…)

• Bien s’hydrater, avant et après les vols.

• Avant tout, rester zen. La voltige est votre loisir. Faites donc en sorte de tirer de vos compétitions le maximum de plaisir.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Broadmysite |
Alaricmi |
Knacesrire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Drailles83
| Lasoifdevaincre
| Lagazellevoironnaise